header mendiego

Témoignage de Ginette Libourel

 

Voyage à Madagascar du 11 au 25 juin 2015

 

Solidarité avec Sœur Jeanine : c’était le but du voyage. Nous lui avons apporté quelques « objets » qui semblent bien dérisoires face à tout ce qui lui serait nécessaire, essentiel et indispensable. Nous avons surtout partagé son expérience et découvert son mode de vie, son courage et sa détermination pour poursuivre son œuvre, en dépit de nombreuses vicissitudes.
Nous avons aussi partagé un peu de temps avec ses enfants : inutile de dire que c’était bien insuffisant pour en découvrir toutes les richesses de leurs personnalités.

Solidarité entre nous : les aléas de la grève de la compagnie aérienne malgache ne nous ont pas détournés de l’impératif de rejoindre Diégo à temps, malgré un surplus financier conséquent. Pas de voix discordante pour dire non à cette éventualité. Les victimes de soucis intestinaux n’oublieront pas les bons soins prodigués par Michèle et l’attention des uns à l’égard des autres.

Solidarité avec toutes celles et ceux que nous avons rencontrés dans des missions différentes et qui contribuent à changer quelque chose dans leur environnement :

  • Rencontre à l’atelier Dieudonné avec Violette et son incroyable entreprise de récupération, transformation, insertion par le travail.
  • Rencontre avec l’équipe médicale de l’Association malgache contre le diabète : AMADIA
  • Rencontre avec Jacques Delon, pneumologue, qui trie tout naturellement les salades à la ferme Saint-Damien.
  • Rencontre avec Angélica, infirmière à Cap Diégo dont les conditions de travail sont moins que sommaires.

Solidarité avec nos partenaires malgaches qui ont fait tout leur possible pour démêler nos problèmes et nous faciliter la vie .Un grand merci à nos guides locaux mais surtout à Roland qui s’est révélé un guide compétent et efficace, attentif à nos demandes et constamment à notre écoute, d’un bout à l’autre du voyage.

Le second mot serait : Découverte

  • Découverte d’une capitale, Tananarive, avec ses hauts lieux historiques et ses faubourgs populeux.
  • Découverte d’espèces de plantes et d’animaux uniques au monde, dont les célèbres lémuriens. Presque tout est « endémique de Madagascar » !
  • Découverte d’une petite partie de la grande île, mais peut-être la plus belle : l’extrême nord avec ses trois baies et ses parcs ;
  • Découverte d’un peuple métissé, francophone, soumis à l’insécurité et l’instabilité politique, qui vit dans des conditions précaires et que la crise économique continue de frapper inexorablement. Le fameux « mora-mora » est de rigueur pour subsister !

Sans oublier que Madagascar est aussi le pays des Ancêtres pour de nombreuses ethnies dont les coutumes fascinent toujours. A côté de cela, comment oublier les grands rassemblements du dimanche et la ferveur des fidèles catholiques !
Avec le temps qui passe, seuls, les bons côtés du voyage persistent et les déconvenues s’envolent. »

J'adhère à l'association

adherer a l association

Je soutiens les études

soutenir des etudes

Je fais un don